Colloques

Colloque à venir : 2018 – L’e-baby, demain et aujourd’hui

Argument

Depuis la fin du deuxième millénaire dans de nombreux pays industrialisés, les progrès technologiques du diagnostic anténatal et de la pédiatrie moderne exposent publiquement le « bébé » virtuel à travers le prisme de l’imagerie médicale. Désormais, l’EBaby, icône surexposée de la réalité virtuelle conquérante, s’impose comme un miroir fidèle de nos bricolages désirants entre hypercompétences idéalisées et transhumanisme.
Autrefois, dans un contexte sanitaire précaire, cette virtualité de l’infans était prudemment investie. Aujourd’hui, souvent dans des conditions de transparence scientiste, cette potentialité est en risque de surinvestissement utopique : parents et soignants bénéficient-ils alors de rituels séculiers symboliquement efficaces pour apprivoiser l’actualité parfois dramatique du devenir de cet Ebaby ?
Chemin faisant, quelle est donc l’empreinte, toute la vie durant de cette « relation d’objet virtuelle » inaugurale sur le sujet lui-même et ses liens intersubjectifs ? Qu’offre-t-elle cette « intersubjectivité potentielle » aux couples qui aspirent sans succès à la parentalité ou pour qui elle a été cruellement interrompue ? Qu’en font les soignants ?
Vivant, mort ou fantasmatique, l’EBaby est une pièce mythologique essentielle du puzzle de notre modernité dont ce séminaire de l’IVSO 2016-2018 propose un examen critique.

 

 

 

Colloques des années précédentes :

 

  • Colloque 2016 : Le Robot sur le divan

Argument

Avatar ultime de l’évolution technologique contemporaine, quelle place prétend occuper ce nouveau venu conquérant dans nos vies privées, professionnelles et sociales ? Entre une caricature idéalisée de l’humain et une figure d’esclave, le Robot oscille au gré des technophobes et des technophiles. Au-delà de ces positionnements extrêmes, le Robot s’impose comme un miroir fidèle et paradoxal du plus créatif et du plus précaire de notre humanité. C’est dans l’intrication de cette familiarité et de cette étrangeté que le Robot puise son pouvoir d’attraction / répulsion qu’il inscrit dans la filière de l’inquiétante étrangeté si chère aux freudiens. Fidèles à notre approche clinique psychanalytique du virtuel quotidien, nous allons explorer l’archéologie, la genèse et l’actualité du Robot. Cet abord clinique sera singulièrement enrichi par l’apport de l’anthropologie, la littérature, le cinéma, l’art.

 

  • Colloque 2014 : Numérique et Santé : Quel défi pour les professionnels?

Argument

L’institut du virtuel, après une première exploration des médiations numériques en juin 2013, envisage aujourd’hui un nouveau chantier: soigner à l’heure du numérique. La réalité virtuelle est au cœur de notre quotidien à tous les âges. De l’échographie fœtale de la grossesse jusqu’aux relations humaines médiatisées par les technologies en passant par les jeux vidéo, de multiples relations virtuelles ponctuent désormais notre vie. L’usage inflationniste des écrans invite en effet Homo virtualisà la réflexion sur ses propres métamorphoses. Plus précisément, dans notre champ, qu’en est-il des implications du numérique en santé mentale? Pourquoi le virtuel omniprésent dans nos vies peine à trouver une légitimité aux yeux de certains professionnels du soin? A contrario, qu’est-ce qui nourrit autant d’espoirs chez les défenseurs du numérique, plaçant, parfois, sur ces outils des attentes démesurées et y voyant une panacée à tout problème?Ce colloque propose, justement, de se situer au delà d’un débat entre technophobes et technophiles. On y envisagera la place créative que peut trouver le numérique dans des cadres thérapeutiques variés, en interrogeant les spécificités d’un virtuel technoscientifique, désormais nouveau médium possible dans la boîte à outils des soignants.

 

  • Colloque 2013 : Les médiations numériques

Argument

Depuis plus d’une dizaine d’années, le taux d’équipement en matériel informatique et en connexions internet connaît une formidable croissance à travers le monde, pour toutes les catégories sociales et toutes les classes d’âge.L’évolution très rapide des technologies de l’information et de la communication provoque bien souvent un phénomène de réflexion scientifique a posteriori sur des usages qui sont déjà en place au niveau social et qui touchent des sujets appartenant à différentes générations.Les relations intersubjectives médiatisées par ordinateur interrogent ainsi les chercheurs en sciences humaines, apportant différents éclairages sur ces phénomènes, par exemple dans le champ de la psychologie et de ses sous-domaines.L’émergence des TIC dans nos sociétés post-modernes a provoqué des bouleversements importants en matière de lien social, modifiant ainsi les modalités relationnelles entre les individus. Certains auteurs parlent du fait d’être «seuls ensemble» pour qualifier l’évolution des relations humaines sous l’influence des TIC.Le champ de la psychologie cognitive investit ces technologies depuis de nombreuses années, créant les premières applications utilisant par exemple l’immersion en réalité virtuelle. Au laboratoire de Cyberpsychologie de l’université de Québec en Outaouais, premier laboratoire au monde dans cette spécialité, créé depuis 2003, certains outils, comme des jeux vidéo existants mais modifiés, sont ainsi utilisés en tant que médiations numériques thérapeutiques pour créer des environnements virtuels qui permettraient de développer des habilités cognitives et motrices dans le traitement de l’autisme, des troubles anxieux à caractère phobique, ou encore des syndromes post-traumatiques.En France, Le récent décret sur la télémédecine va dans le sens de ces recherches visant à trouver des utilisations thérapeutiques des T.I.C., y compris dans le champ de la psychologie.La psychologie clinique d’inspiration psychanalytique amène de nouveaux questionnements relatifs à l’influence des TIC sur le fonctionnement psychique des individus. En psychologie clinique d’inspiration psychanalytique, les médiations thérapeutiques sont utilisées depuis longtemps, reflétant le besoin d‘adapter le cadre classique face à des patients qui ne peuvent pas en bénéficier pour des raisons diverses, propres à leur histoire, leur problématique…Ces médias utilisés pour libérer la parole prennent des formes variées dans l’histoire de la psychologie clinique, allant de Winnicott avec le squiggle, le jeu avec les enfants utilisé par Mélanie Klein, les ateliers d’expression pour les patients psychotiques, etc.Ces méthodes ont fait leurs preuves par rapport au matériel complexe, conscient et inconscient, avec lequel nous travaillons.Le point commun des différentes médiations, c’est un certain degré de malléabilité qui permet d’accueillir les mouvements inconscients du patient, mais c’est également leur potentialité symbolique, centrale pour avancer dans un travail thérapeutique.Différentes médiations ayant déjà fait leurs preuves sont adoptées par de nombreux cliniciens, constituant une «caisse à outils» à laquelle on se réfère dès que des situations thérapeutiques s’y prêtent. Mais alors, y a-t-il besoin d’en rajouter des nouvelles? Est-ce que les outils numériques ont quelque chose de spécifique à apporter? En effet, ces nouvelles techniques que l’on qualifie souvent avec le terme «virtuel», amènent différentes potentialités comme leur nom l’indique, en référence à la virtualité aristotélicienne. La malléabilité si précieuse des médiations est très présente dans certains de ces nouveaux médias. Tout est possible et l’outil lui-même peut bien nous surprendre. Guidé par l’inconscient et les enjeux transférentiels, le virtuel peut prendre des formes infinies pour mettre en images ou en mots les manifestations inconscientes. De plus, les TIC sont fortement investies par les individus de nos jours, et plus particulièrement par les jeunes générations. Les médiations thérapeutiques numériques sont donc une potentialité à explorer, dans différents cadres.Face à ces nouvelles médiations qui tendent à se répandre, une réflexion s’impose pour penser les limites et les indications relatives à ce type d’usage des technologies.C’est pourquoi nous vous proposons un cycle de conférences, afin d’exposer cette nouvelle clinique du virtuel et de la démystifier au regard des sceptiques, montrant sa filiation directe avec l’esprit analytique dans le respect de la rigueur du cadre (clinique et scientifique) et d’une certaine créativité, s’inscrivant pleinement dans l’époque actuelle.